Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hits54Tv - le blog (Ancien blog)

Audrey Pulvar : sa suspension lui inspire un billet dans Libé

26 Novembre 2010 , Rédigé par Animateur Publié dans #Actu tv

http://www.toutelatele.com/IMG/arton19077.jpg

 

Les jours passant, Audrey Pulvar montre que sa réaction polie à la décision de ses employeurs n’était qu’une posture de façade. Suspendue d'émission politique sur I>Télé au lendemain de l’officialisation de la candidature aux primaires socialistes de son compagnon Arnaud Montebourg, la journaliste n’avait alors pas polémiqué : « C'est sûr que ce n'est pas le moment le plus agréable de ma vie professionnelle, mais je comprends. Il y a une décision qui a été prise et je la respecte », avait-elle éludé. Deux jours plus tard sur France Inter, elle se montrait déjà moins compréhensive dans un billet d’humeur. Nouvelle progression aujourd’hui avec le texte intitulé Animal sauvage, publié en page Rebonds de Libération.

 

Elle évoque d’abord un devoir de réserve pour expliquer sa position initiale : « D’aucune, d’aucuns, se sont étonné(es) que je déclare comprendre la décision prise à mon encontre. Faire partie d’une entreprise, en être l’un des visages connus, entraîne une obligation de solidarité et de réserve que je sais observer. Ne pas trahir la confiance des gens que j’aime. Professionnellement, ne pas exposer une rédaction entière à un soupçon semble-t-il inévitable, ce n’est pas faire preuve de mollesse mais de responsabilité, a-t-elle jugé. Pour autant ménager son entourage et modérer son expression n’empêchent pas de penser. Par soi-même. »

 

Après avoir fait l’inventaire de toutes les raisons chevaleresques qui l’ont obligée à se pondérer, Audrey Pulvar s’en affranchit pour livrer finalement son point de vue. Si l’on a bien compris, la décision de son employeur lui semble être un exemple du sexisme de notre société : « Ainsi donc, au-delà de mon cas aujourd'hui, une femme serait encore condamnée à penser comme et par son compagnon. Elle serait toujours incapable de s'émanciper non seulement du jugement dudit compagnon, mais aussi des sentiments qu'elle nourrit pour lui », a-t-elle déploré.

 

Si elle reconnaît qu’« aimer un responsable politique n'est pas la configuration la plus simple à gérer pour une journaliste politique », elle se révolte contre « un procès permanent en incompétence, manque de maîtrise ou hystérie » qui serait fait à toutes les femmes. « J'ai cru pouvoir être jugée sur pièces... A tort », s’est-elle enfin émue. Au moins maintenant, tout le monde le sait.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article