Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hits54Tv - le blog (Ancien blog)

Fait-divers - Jarville (54) : Une jeune femme de 20 ans vie 2 heures d'horreur !

20 Juillet 2012 , Rédigé par Hits54-Le blog officiel Publié dans #L'actu en Lorraine

(Crédit photo: Afp / Source info: Estrépublicain.fr)

 

Une Vandopérienne âgée de 20 ans est tombée, mardi, dans un guet-apens, rue de la Gare à Jarville. La jeune femme avait reçu sur son portable un SMS d’une connaissance l’invitant à se rendre au domicile d’un ex-petit ami. Quand la porte de l’appartement se referme sur elle, la victime constate que cinq personnes sont présentes dans l’appartement : le locataire, 20 ans ; trois autres individus (dont deux filles) âgés de 18, 25 et 28 ans et domiciliés à Jarville, Vandœuvre et Saint-Max, ainsi qu’une femme de 31 ans.

 

Entre 14 h 30 et 16 h 30, la victime va être séquestrée et passée à tabac : coups de pieds, poings, laisse de chien… Il semble que ses agresseurs voulaient lui faire démentir une rumeur (?) alimentée par ses soins et selon laquelle elle aurait déclaré être tombée enceinte à la suite d’un viol commis par l’un des protagonistes. Reste qu’aucune plainte n’a été préalablement déposée sur ce point. En frappant, ils espéraient obtenir un démenti tandis que deux autres filmaient avec leur téléphone portable dans le but d’une diffusion de la scène (et du démenti) sur internet.

 

Si les tortionnaires s’emparaient du portable de la jeune femme et de sa carte SIM, celle-ci, en possession d’un deuxième téléphone, parvenait à prévenir son compagnon par l’envoi d’un SMS. Alertée par le jeune homme, la police viendra mettre fin au calvaire de la victime qui s’est vue prescrire une ITT initiale de deux jours. Peu, au regard de la violence de cette agression.

 

Les cinq suspects ont été placés en garde à vue par les enquêteurs de la Brigade des violences urbaines (BVU) de la Sûreté départementale. Leurs auditions devaient permettre de dégager les responsabilités de chacun.

 

Présentés au tribunal de Nancy dans le cadre d'une comparution immédiate, les prévenus ont demandé un délai pour préparer leur défense. L'affaire a été renvoyée au 22 août. Les prévenus sont sorties libres de la salle d'audience et font l'objet d'un contrôle judiciaire.

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article