Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hits54Tv - le blog (Ancien blog)

Manifestations: Encore des incidents et des interpellations

19 Octobre 2010 , Rédigé par Animateur Publié dans #L'actu en Lorraine

http://www.francesoir.fr/sites/default/files/imagecache/article_image/robinet_a_breves_new_2010-10-15/photo_1287140629597-2-0.jpg

(Blocus au lycée Voltaire à Paris Source photo: francesoir.fr)

 

Incidents à Nancy: 4 mineurs interpellés

 

Quatre lycéens mineurs ont été interpellés ce matin à Nancy et placés en garde à vue pour participation à un attroupement armé. Les incidents s"e sont déroulés en fin de matinée, avenue Patton, devant la fac de Lettres, puis rue saint - Georges. Entre trois cents et six cents jeunes se sont heurtés aux forces de l'ordre. Les étudiants et lycéens ont arrosés les policiers d'oeufs, de morceaux de bois, de projectiles divers et de deux coktails Molotov. Contraintes à riposter, les forces de l'ordre ont décoché douze grenades lacrymogènes et procédé à quatre interpellations.

 

Nancy: entre 20.000 et 50. 000 manifestants

A l'issue d'un comptage qu'ils ont voulu particulièrement rigoureux, les syndicats estiment à 50.000 personnes, le nombre de manifestants à avoir arpenté les rues de Nancy, cet après - midi. Selon nos reporters, la mobilisation n'a pas fléchi par rapport aux cinq épisodes précédents. La foule qui a battu le pavé nancéien cet après - midi sous une pluie battante peut - être estimée au bas mot à 20.000 personnes, avec un potentiel de correction à la hausse non négligeable.

 

 Fidèle à la guerre des chiffres qui a chaque fois ponctué les précédents rendez - vous sociaux contre la réforme des retraites, la préfecture de Meurthe et Moselle prend un sérieux contrepied en estimant à 5.500 le nombre des manifestants. A noter que la manifestation de cet après - midi s'est beaucoup mieux passée que celle de ce matin devant la fac de Lettres où des jets de pierre et de coktails Molotov ont contraint les forces de l'ordre à tirer des grenades lacrymogènes et à procédéer à quatre interpellations. Cet après midi 500 étudiants et au moins autant de lycéens ont participé à la manifestation de façon plus sereine. Il faut dire que le service d'ordre des syndicats avait pris soin de les placer en coeur de cortège, de manière à éviter toute provocation ou intervention mal à propos de casseurs.

 

Montbéliard: deux interpellations

Les chiffres présentent l’habituelle fourchette : 4.600 personnes dont 150 jeunes selon la police ; 6.000 dont 400 lycéens pour la CGT ; 7.000 et 1.500 jeunes pour la CFDT. Pour quantifier au mètre, quand la tête du cortège est arrivée à la gare avant de s’engager dans la rue piétonne, la queue du défilé n’avait pas encore quitté la place Ferrer, tout cela en rangs serrés. En temps, cela fait environ une demi-heure entre la banderole de tête et le camion balai.

 

Bruyants, mais cette fois, disciplinés, les lycéens ont massivement participé à la manifestation organisée par les syndicats à Montbéliard. Au moins 400 d’entre eux ouvraient le cortège qui a défilé dans le centre-ville. Après les débordements de la veille, les syndicats ont sécurisé ce cortège et encadré avec plus de soixante militants, la tête du défilé. Afin que les jeunes qui n’étaient pas venus pour casser mais pour dire leur hostilité à la réforme ne soient pris dans un tourbillon qui les dépasse. D’autant plus nécessaire qu’hier matin, certains jeunes partis des lycées étaient encore engagés dans un défilé spontané. Ils n’ont pas été bien loin. Ces deux cents lycéens ont été bloqués par les forces de Police, bien avant le centre-ville. Les forces de l’ordre ont encore reçu des projectiles. Deux personnes , dont un mineur, ont été interpellées. Quant au mineur placé en garde à vue, la veille, il a été mis en examen par le juge des enfants avant d’être libéré.

 

Bar - le - Duc: Ils ne lâchent rien

Mêmes slogans, mêmes banderoles et pancartes brandies à bout de bras, et une seule et obsédante revendication martelée à l’envi lors de la prise de parole de l’intersyndicale par Didier Bertrand : « Non à un projet de loi injuste, inégalitaire et inefficace ».

 

Les organisations syndicales ont reçu une nouvelle fois le soutien des associations de retraités et de chômeurs et des lycéens dans une ambiance bon enfant, les forces de l’ordre assurant une présence discrète.

 

Le point de départ inhabituel, sur la place Reggio, a d’abord permis aux manifestants de remplir symboliquement un cercueil de centaines de bulletins réclamant l’enterrement de la réforme.

 

Quatre jeunes, escortés d’une délégation de l’intersyndicale, ont ensuite porté le cercueil devant les grilles de la préfecture avant que le cortège ne s’ébranle pour rejoindre tout d’abord la cité Poincaré - dont les grilles sont cadenassées depuis lundi - puis la gare.

 

« Nous ne lâcherons rien. Hurlons que nous sommes solidaires », entonne une lycéenne. La foule exulte.

Au coude à coudeDerrière leurs calicots, enseignants, hospitaliers, agents de la fonction publique territoriale, salariés de la métallurgie, de l’agroalimentaire, des commerçants aussi, quelques élus (sans leur écharpe), tous au coude à coude toutes générations confondues.

 

« En opposant la démocratie des urnes à la démocratie sociale, le gouvernement et Sarkozy font une lourde erreur. Il n’y a pas pire réforme que celle qui est imposée. Nous demandons aux sénateurs de ne pas voter cette loi, et au gouvernement d’ouvrir le dialogue pour négocier une autre réforme », martèle Didier Bertrand.

 

De retour place Reggio, le cortège s’est disloqué sous un magnifique arc-en-ciel. Comme un ultime pied-de-nez aux manifestants transis par la pluie.

 

Verdun: 650 manifestants

Comme de coutume maintenant, le cortège des manifestants opposés à la réforme des retraites, s’est élancé, hier, un peu après 10h, de la place du 8-Mai à Verdun.

 

Au milieu des banderoles dépolyées par l’intersyndicale, (huit organisations), les parapluies avancent au son des slogans, trompes et cornes de brume. «La pluie ne nous fait pas reculer», lance un représentant syndical de retraités. Eux aussi sont là, tout comme les associations de chômeurs.

 

«Liberté, égalité, fraternité, menteur» ou «qui sème la misère récolte la révolte», peut-on maintenant lire sur les T-shirts d’étudiants et lycéens venus gonffler les rangs contestataires.

 

Après un rassemblent des troupes face au monument A la Victoire, et quelques «Sarko, démission», scandé à l’unisson, ce sont près de 650 personnes qui se présentent devant la sous-préfecture.

 

Du haut de quelques marche, Jacqueline Landais, secrétaire de l’union locale CFDT Verdun, prend le micro «Depuis plusieurs semaines, l’unité syndicale est intacte. C’est ce qui fait la force de ce mouvement...». Et de dénoncer l’erreur, qualifiée de «faute professionnelle», que gouvernement et président font, car «chacun sait que toute réforme pour qu’elle soit efficace, doit être discuté, négociée et acceptée. Il n’y a pas pire réforme qu’une réforme imposée». Entre chaque phrase, c’est une envolée de coups de sifflets et d’acclamations qui l’encourage à poursuivre avec des «ce que nous voulons... ce que nous ne voulons pas !».

 

Et de finir sur trois exigence : «que l’Etat enterre la réforme du gouvernement, que les sénateurs ne votent pas cette loi en l’état et que le gouvernement ouvre le dialogue pour négocier une autre réforme».

 

Après une dernière explosion de cris et bruits, la foule se disperse lentement. Les plus courageux se préparent déjà à rejoindre les autres points de rassemblement du département. «La difficulté va maintenant être de sortir par le haut. Ou de trouver d’autres modes d’actions», glisse un retraité.

 

Et maintenant une grosse question que tous les syndicats et grèvistes se posent: Quelle suite à donnée après cette 5ème journée de mobilisation générale et de manifestations par tout en France pour les retraites ou il faut préciser que plus de 3 millions de personnes ont participé à cette journée d'action.

 

Source info: http://www.estrepublicain.fr/fr/france/info/3995910-Manif-et-blocages-en-direct-dans-l-Est-DIAPORAMA

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article